C’est une technique de pêche massive, en un matin, 300 truites peuvent être facilement enlevées d’un tronçon de rivière, donc si cela était autorisé comme engin de pêche légal, il ne faudrait pas longtemps pour que nos rivières soient complètement épuisées. Le principe est très simple, une décharge électrique est libérée dans la rivière et de cette manière, tous les animaux qui se trouvent dans le rayon d’action du courant électrique généré sont affectés. Ce courant ne les tue pas , mais il produit une électronarcose, les attirant vers le pôle que nous portons sur le pôle devant nous.

Pêche électrique

L’équipement est essentiellement divisé en deux types, ceux dans lesquels l’équipement est laissé au sol, généralement avec un gros générateur électrique avec un moteur à essence, et qui ne pénètrent dans la rivière que par des câbles de plus de 100 mètres avec le risque de se faire prendre et de devoir déplacer de temps en temps du matériel ou des ordinateurs portables. Les ordinateurs portables se composent d’un sac à dos qui va sur le dos du porteur et d’un contrôle qui va à la poitrine. De là, un câble sort vers le poteau qui porte un anneau sur lequel vous pouvez placer un filet où le poisson tombera et une queue par derrière qui est l’endroit où le courant que le poteau recevra est généré. Il existe également deux types d’équipements, avec un moteur à essence et avec des batteries électriques. Dans notre cas, nous utilisons ce dernier, qui évite le bruit du moteur et l’odeur et la contamination de l’essence. Nous avons dit que le deuxième point critique pour le poisson était le transport. Nous sortons les poissons de la rivière et les empilons dans des cuves de transport. Cela provoque une diminution de l’oxygène dissous dans l’eau et c’est l’un des moments les plus critiques, presque plus que les chocs électriques. Par conséquent, il faut s’assurer que le système d’oxygénation et de transport maintient un niveau d’oxygénation suffisant et uniforme. Après avoir essayé plusieurs méthodes, certains mécaniciens avec des pompes qui respiraient l’air de l’environnement, sans aucun doute la meilleure est l’utilisation de bouteilles d’oxygène sous pression. Avec l’utilisation d’un débitmètre, ils sont placés dans un tuyau fermé de sorte que les bulles sortent à travers la «peau» du tuyau lui-même, produisant des bulles très fines qui sont très efficaces dans la respiration du poisson. Avec cela, nous avons réduit la mortalité des poissons à pratiquement 0 dans nos dernières captures, lorsque la mortalité normale est comprise entre 1 et 2%.

Mais à quoi sert la pêche électrique?

Ses utilisations sont soit à des fins scientifiques, pour connaître l’état des populations fluviales, l’abondance des poissons, les espèces auxquelles ils appartiennent, la structure des populations de chaque espèce, etc., ou à des fins de conservation lorsqu’il y a des affections à ces masses d’eau douce. Nous l’utilisons généralement pour l’entretien des centrales hydroélectriques dans lesquelles les canaux doivent être vidés et laissés sans eau, les travaux qui doivent traverser des rivières dans lesquelles il faut mettre de la machinerie lourde qui peut tuer les poissons, les brise-lames. Dans tous ces cas, la pêche est pratiquée, les poissons sont transportés dans des jeeps ouvertes et relâchés là où l’autorité environnementale, toujours présente tout au long de l’opération, le juge le mieux. Bref, une technique de plus en plus nécessaire pour préserver en meilleure condition les populations de poissons de nos plans d’eau douce.